Femme Ray: bientôt à Turin femmes de la grande photographe

Turin – “Uniquement par Man Ray, on pouvait s’attendre à de la Ballade des dames du temps présent”, écrivait André Breton dans les années après la seconde guerre mondiale. Et, en fait, les prises de vue de l’artiste américain, de répondre à l’unique visions du corps de la femme et les expériences qui ont écrit l’histoire de la photographie, dans une métamorphose continuelle des formes et des significations.
En le suivant, le 17 octobre, nous allons les voir à Turin, dans une grande exposition à la Salle – le Centre italien pour la Photographie, avec des prêts importants de l’italien collections et internationaux, comme ceux de la Lee Miller Archive dans le Sussex, de la CONFÉRENCE de Parme, ou le MÂT de Bologne, l’ASAC de Venise et la Fondation Marconi de Milan.

Environ 200 photographies prises entre les années Vingt et 1976 (année de la mort de l’auteur) sont prêts à mettre l’accent sur la fascination de l’Homme Ray pour la femme – muse, complice, assistant – qui l’ont accompagné la plus puissante source d’inspiration à travers toutes les étapes de son aventure, du Dadaïsme au Surréalisme et au-delà.
Images abstraites, les archétypes de la séduction, du classique, des souvenirs, des portraits réalistes, ils donnent vie à une réflexion ludique qui est à la fois poétique et élégante sur le moment, et sur le mode de la représentation, tandis que le génie de Philadelphie réinvente le langage de la photographie d’audace aux coups de soleil et double exposition, jusqu’à la célèbre rayogrammi. Parmi les cadeaux inclus dans le chemin, des chefs-d’œuvre tels que la série Electricité (1931), ou le rare et troublant à la Résurrection des mannequins (1938), le témoignage de l’Exposition internationale du Surréalisme à Paris, 1938.

Mais La Femme Comme Ray. Les séductions de la photographie va au-delà des limites des coups, en se concentrant le regard vers les figures de femmes dont le photographe lui: à côté de Juliette, le compagnon d’une vie qui est dédié à une incroyable, caméléon-comme portefeuille (Le Cinquante Visages de Juliette, 1943-44), nous trouvons des femmes qui étaient des artistes en leur temps: Dora Maar, qui cette année sera le protagoniste d’une grande exposition au Centre Pompidou et à la Tate Modern, Berenice Abbott portraits, de culte, comme ceux de James Joyce et Eugène Atget, Lee Miller, avec les portraits, photos de mode et des nus aliénant.

Femme Ray: bientôt à Turin femmes de la grande photographe

Tous ensemble nous donne une image de la ville de Paris de l’avant-garde, où le féminin et la photo a été partagée par les chemins d’accès sur le côté et dans le même temps décisif.

Organisée par Walter Guadagnini et Giangavino Pazzola, l’exposition sera ouverte jusqu’au 19 janvier 2020con le soutien de Intesa Sanpaolo, Lavazza, Eni, Reda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *